Compte rendu CAPA classe exceptionnelle certifiés ( 11 juillet 2019)

COMPTE RENDU DE LA CAPA CLASSE EXCEPTIONNELLE DES CERTIFIÉS
11 juillet 2019

En 2019 le contingent pour la classe exceptionnelle des certifiés est de 268 dont 227 au vivier 1 et 41 au vivier 2 . Or, l’académie de Paris n’a promu que 140 professeurs au vivier 1 , rendant donc 87 promotions au ministère , malgré les protestations de tous les syndicats !!!
Au vivier 1 , il y a eu 20 % d’avis excellents , 30 % d’avis très satisfaisants et 50 % d’avis satisfaisants ou insatisfaisants.
Au vivier 2 , il y a eu 5 % d’avis excellents et 45 % d’avis très satisfaisants .
A égalité de barème , les discriminants sont : l’ancienneté dans le corps , puis l’ancienneté dans l’échelon , puis l’âge .
Pour ce qui est des avis recteur , ce sont les inspecteurs qui font une proposition d’avis recteur( non visible sur i-prof , à demander aux commissaires paritaires du SNALC )  aux services du rectorat en fonction des appréciations littérales de l’inspection et du chef d’établissement ( visibles sur i-prof ). Cette année , les inspecteurs n’ont pas donné tous les avis excellents ou très satisfaisants dont ils disposaient !!!
Quant aux appréciations littérales  pour la classe exceptionnelle , elles sont soit reconduites , soit modifiées par le chef d’établissement ou l’inspection à qui on peut demander une visite . Ces visites sont difficiles à obtenir mais légitimes si votre dernière inspection remonte à plus de 5 ans . En cas de difficulté , vous adresser au SNALC qui relaiera votre demande.
Concernant la candidature au vivier 1 , il faut lire avec attention la circulaire académique classe exceptionnelle où il y a un vade-mecum qui aide à bien valider les différents éléments permettant d’accéder à ce vivier . Surtout ne pas oublier de joindre les pièces justificatives et prendre contact avec le SNALC en cas de problème informatique pour déposer ces pièces ou en cas de doute concernant la dénomination des fonctions qui rendent éligible au vivier 1. A noter cette année les modifications suivantes pour les critères du vivier 1 : l’enseignement en BTS ne sera plus pris en compte mais le tutorat des professeurs stagiaires ( à l’exclusion des autres types de stagiaires ) le sera.

Les syndicats s’élèvent tous contre la promotion de jeunes collègues qui vont bloquer la classe exceptionnelle dont le contingent n’est que de 10 % du corps des certifiés .
Pour sa part , le SNALC réaffirme son opposition au PPCR dans le cadre duquel s’inscrit cette campagne.
En effet, face à l’allongement des carrières, il aurait fallu rajouter des échelons à la Hors Classe ce qui aurait permis de promouvoir 30% de professeurs au grade le plus élevé. Au lieu de cela, la création de la classe exceptionnelle ne profite qu’à 10% de professeurs promouvables au grade le plus élevé.
En outre, le PPCR a rendu l’accès aux inspecteurs très difficile pour les professeurs qui ne peuvent plus demander d’inspection et qui doivent se contenter de rendez-vous de carrière bien trop peu nombreux et qui parfois ne sont d’ailleurs même pas honorés.
Le SNALC demande donc que tous les rendez-vous de carrière aient effectivement lieu et qu’un 4ème rendez-vous de carrière soit créé pour les professeurs entrant au second vivier de la Classe Exceptionnelle des certifiés. En effet, trop de collègues consciencieux sont laissés pour compte au vivier 2, c’est pourquoi le SNALC souhaite également pour y remédier un rééquilibrage de 60% de promotions pour le vivier 1 et de 40% pour le vivier 2 .
Enfin, pour ne pas encombrer le vivier 2 avec des collègues éligibles au vivier 1, le SNALC propose de ne pas les promouvoir au titre du vivier 2 et demande d’envisager un amendement à la circulaire précisant que « les collègues éligibles au vivier 1 doivent faire acte de candidature à ce titre et ne seront pas éligibles au vivier 2 ».
Par ailleurs, notre syndicat a toujours demandé qu’il y ait plus d’inspecteurs .Ce recrutement d’inspecteurs rendrait  possible un 4ème rendez-vous de carrière ainsi que l’existence d’une contre-inspection lorsqu’un rendez-vous de carrière n’a pas eu une issue favorable pour un professeur.
Concernant les critères permettant d’accéder au vivier1 de la Classe Exceptionnelle, ils posent aussi problème pour plusieurs raisons :

  • Premièrement : les professeurs exerçant ou ayant exercé dans des établissements difficiles mais n’étant pas étiquetés comme tels , pour des raisons uniquement budgétaire ou de réputation pour un établissement, ne peuvent pas prétendre au vivier 1 de la Classe Exceptionnelle alors même qu’ils ont déjà été pénalisés par l’absence d’étiquetage en n’ayant ni prime ,ni moyens de surveillance en plus, ni effectifs de classe allégés.
  • Deuxièmement : les professeurs dont la discipline ne s’enseigne qu’en lycée  ne peuvent se prévaloir des 8 années d’exercice en établissement étiqueté comme difficile.
  • Troisièmement : l’enseignement en BTS n’aurait pas dû être sorti du dispositif du vivier 1
  • Enfin, un élargissement des missions nécessaires pour être éligible au vivier 1 doit être envisagé. Pourquoi  ne pas retenir l’organisation de voyages à l’étranger, la participation au CVC, au CVL ou au CA, les partenariats avec les théâtres, les résidences d’artistes et autres projets annuels dont peuvent être porteurs des professeurs sur de longues années de dévouement et d’implications ?

Pour conclure, sous couvert d’une entrée qualitative mais avec des critères beaucoup trop restrictifs et non atteignables par l’ensemble des professeurs, la classe exceptionnelle ne sert qu’à faire des économies sur leur dos.
Le SNALC estime que la Classe Exceptionnelle doit être le couronnement d’une longue carrière bien remplie ,et , à ce titre, nous souhaitons que soient retenus pour l’accès au vivier 1 un âge minimum de 52 ans et pour l’accès au second vivier 2  l’âge de 60 ans.

L’administration se refuse à prendre en compte des critères d’âge pour la classe exceptionnelle , surtout pour les avis excellents et très satisfaisants , tout au plus elle consent à écarter de la promotion les professeurs ayant un avis satisfaisant nés après 1969 inclus et à revaloriser les avis  très satisfaisants des professeurs proches de la retraite en avis excellents  au vivier 2.

Le DRH insiste sur le fait que la classe exceptionnelle doit valoriser un parcours remarqué et une valeur professionnelle  exceptionnelle alors que la hors classe privilégie l’ancienneté . La proximité de la retraite d’un professeur est certes à prendre en compte pour sa promotion à la classe exceptionnelle mais cela ne doit pas faire perdre de vue la qualité de l’agent.
Enfin , pour répondre aux protestations contre le fait que l’académie de Paris n’a pas utilisé toutes les possibilités de promotions dont elle disposait , le DRH dit qu’il faudra mettre en place un ratio promus / promouvables qui n’existe pas encore.
Kathy Turoche, commissaire paritaire pour les certifiés.

Déclaration liminaire INTRA 2019

Déclaration liminaire : MOUVEMENT INTRA 2019 ( SNALC PARIS)

Monsieur le DRH, monsieur le DRH adjoint, monsieur le chef de division du personnel,

mesdames et messieurs les inspecteurs d’académie, chers collègues,

Le Snalc tient d’abord à remercier les services du rectorat pour tout le travail effectué à

l’occasion du mouvement intra-académique de Paris, dans des conditions que nous savons de plus en plus difficiles.

Le Snalc condamne fermement la réforme de la Fonction publique dont l’objectif est de

supprimer le paritarisme. (Les représentants du personnel dont les CAP en application de l’alinéa 8 du préambule de la constitution de 1946 (annexé en 1958) et de l’article 9 du

statut général. ) Rappelons que le paritarisme constitue un acquis datant de l’après-guerre : sa suppression serait un retour aux réformes du gouvernement de Vichy et signifierait une gestion opaque, sans aucun contrôle de la carrière des personnels.

Par ailleurs, le Snalc qui a lancé le mouvement contre la Réforme du lycée, s’associe à la

journée de grève du 17 juin prochain et s’indigne du fait que dans certains établissements, on ait demandé aux professeurs s’ils faisaient ou non grève, ce qui est illégal.

De fait, les causes de mécontentement au sein du personnel enseignant sont multiples :

1/ – Des politiques gouvernementales qui se succèdent et ne cessent d’empiler des réponses désastreuses qui ne font que niveler par le bas.

– L’augmentation de tâches et réunions inutiles.

– La dégradation des conditions de travail avec la hausse des incivilités voire des

agressions verbales ou physiques contre les professeurs et un Code de l’Education qui

limite au maximum les sanctions.

2/ Les conclusions sont faciles à tirer :

– Paupérisation du métier d’enseignant : les professeurs français sont parmi les moins

payés et respectés parmi les pays de l’OCDE.

– Un manque voire une absence totale de soutien de la part de la hiérarchie vis-à-vis des

enseignants face aux conflits qui peuvent les opposer aux élèves ou aux parents dans de

nombreux établissements.

– Et un mal-être croissant au sein de cette profession qui n’attire plus beaucoup de

candidats, ce qui explique le nombre de postes non pourvus et le recours accru aux

contractuels comme bouées de sauvetage (c’est-à-dire des personnels peu ou non

formés et dont le niveau n’a pas été validé par un concours, ce qui montre le peu

d’estime de nos dirigeants pour les professeurs que l’on peut remplacer aisément.)

Concernant plus particulièrement le mouvement intra, dans l’académie, le Snalc Paris

déplore un mouvement de plus en plus contraint, avec de moins en moins de collègues qui obtiennent satisfaction.

En effet, la Réforme du lycée qui entraîne une diminution des postes et à l’inverse la hausse des mesures de carte scolaire, des postes bloqués ( postes berceaux ; postes SPEA), ainsi que le PPCR qui ralentit l’accès aux échelons les plus élevés, contribuent à paralyser le mouvement intra.

De plus, le Snalc observe un traitement très inégal des agrégés selon les académies. Dans

certaines académies, les agrégés bénéficient d’un bonus plus important pour l’obtention

d’un lycée. Le Snalc ne comprend pas non plus la baisse de points accordés aux familles avec enfants. Sans oublier le peu de reconnaissance pour les TZR !

Il serait juste de leur accorder une bonification de points sur voeux établissement, ainsi

qu’une bonification supplémentaire, lorsque ces TZR sont sur la ZR depuis plus de 5 ans.

 

Merci de votre écoute.

L’équipe du Snalc Paris.