Que faire en cas de conflit avec son chef d’établissement ?

se faire accompagner pour tout rendez-vous avec le chef d’établissement ; éviter de le rencontrer seul. Vous pouvez vous faire accompagner par un collègue ou bien demander à un délégué syndical (S1 ou S3, c’est-à-dire un représentant syndical de l’établissement ou un représentant académique). Ce qui signifie que vous pouvez demander que le rendez-vous soit fixé de manière à ce que le représentant en question puisse venir.

– lors de tout entretien, s’en tenir aux faits et à ce qui est objectivement vérifiable, ainsi qu’à l’application des règles du droit. Ne pas se laisser entraîner sur le terrain de l’affect, du ressenti, des intentions, de la vie privée

– préalablement à un entretien, envisager les points qui vont être abordés, prendre l’attache du syndicat pour connaître les textes qui peuvent être invoqués et préparer les interventions et les réponses

– ne pas hésiter à demander au chef d’établissement de formuler une requête par écrit (mail ou document papier) en cas de doute sur sa légalité ; ne pas hésiter à demander sur quel texte il s’appuie

conserver tous les écrits sans limitation de durée ; utiliser le mail autant que possible car il permet une traçabilité

– si vous estimez être victime de harcèlement moral, la première chose à faire est de noter dans un cahier tous les faits de manière très précise (date, heure, paroles prononcées, témoins éventuels)

– le plus important est de ne pas être seul ; prendre l’attache du délégué syndical de l’établissement s’il y en a un, sinon du bureau académique ; envisager de monter une liste SNALC au Conseil d’Administration s’il n’y en a pas (être élu du personnel ne vous causera pas d’ennuis, au contraire cela vous donnera plus de poids)